Accusée de sorcellerie, Cécile est chassée du cadre familial et exploitée par sa tante

Cécile est âgée de 12 ans. Elle vivait chez son oncle à Dakouritro, dans le Département de Lakota. Au moment des faits, elle était en classe de CM2. Après le décès de son oncle, à la suite d’une longue maladie, Cécile est accusée de pratique de sorcellerie ayant entrainé la mort de son oncle. Alors, l’entourage de son oncle, décident de se débarrasser de Cécile est l’amenant à Abidjan chez une tante, sans informer mon père biologique.

A Abidjan chez cette dernière, elle s’occupe de la vente de jus, des sachets d’eau et certains travaux ménagers. Pendant presqu’un an, à partir de 5 heures du matin, Cécile transportais chaque matin jusqu'au lieu de vente, un grande bassine chargée d’eau. Ce qui était lourd pour son âge. Le soir, lorsqu’elle ramenait la recette du jour, sa tante estimait que l’argent n’était suffisant. Elle était chaque jour battue. Cela était devenu de la routine pour Cécile. Non satisfaite de la battre, sa tante l’a mise dehors. Elle dormait dans la rue sans mangé, ni me lavé. Bien qu’elle soit hors de la maison, sa tante venait la chercher pour transporter les bagages au lieu de vente. Ne pouvant plus supporter, Cécile quitta la maison pour se retrouver à Adjamé. Elle dormait dans les marchés et gares routières de la Commune d’Adjamé. C’est ainsi que les élèves du Lycée HARRIS, l’ont conduite à l’ONG Cavoequiva. Après plusieurs investigations en collaboration avec la police, l’ONG Cavoequiva est entrée en contact avec le père et le chef du village pour réinsérer Cécile dans le cadre familiale en mars 2014.