Fuyant un mariage forcé à l'âge de 15 ans, Awa se retrouve en situation difficile à Abidjan

Awa, une jeune fille de 15 ans, vivait à Séguéla avec sa sœur aînée et le mari de cette dernière après le décès de ses parents. Pour fuir un mariage précoce et forcé, elle décida de venir à l’aventure à Abidjan où elle va connaitre des moments difficiles.

A Abidjan, elle dormait sous le pont à Adjamé et vendait des chaussures dans les marchés et gares routières pour des particuliers pour survivre car elle ne connaissait personne dans la ville. Dans cet environnement vulnérable, elle fit la connaissance d’un ex combattant, avec qui elle vécut un moment dans un camp. Dans cette relation, elle contracta une grossesse, le jeune homme refusa d’assumer la paternité et la jeta à la rue. Elle retourna à la gare et repris son activité de vente de chaussures qui lui permis de subvenir à ses besoins. Elle vivait ainsi jusqu’à l’apparition des premières contractions. Ce jour-là, étendue sur un banc, une dame lui posa quelques questions et lui proposa de l’accompagner à l’hôpital. Mais en lieu et place de l’hôpital, celle-ci la conduisit à son domicile où elle la cacha pendant des jours sous prétexte qu’elle voudrait bien l’aider mais perdrait son foyer si son mari la découvrait. Elle resta dans la chambre, la douleur devenait insoutenable pour Awa, elle demanda à la dame de l’accompagner à l’hôpital. Après quelques heures d’intervention chirurgicales, elle mit au monde un petit garçon. La dame lui proposa de déposer l’enfant à la pouponnière étant donné qu’elle ne connaissait personne susceptible de l’aider.  Awa refusa et demanda à retourner près des siens à Séguéla. Elles prirent donc la direction de la gare accompagnées du brancardier de l’hôpital qui serait un ami de la dame. Arrivés à la gare, sur la demande de sa bienfaitrice, Awa confia son bébé à un jeune homme assis près d’elle avant d’aller se changer avec les vêtements que la dame venait de lui acheter. A son retour, elle fut surprise de constater que le jeune homme avait disparu avec son bébé. Aider de sa bienfaitrice, Awa chercha ce jeune homme dans les environs mais sans succès. Elles se rendirent donc à la gendarmerie d’Adjamé pour faire une déclaration. Awa soupçonne la dame d’être à l’origine de la disparition de son fils. Cependant cette dernière nie toute implication dans cet enlèvement.

 Awa fut confié au centre social d’Adjamé Santé qui à son tour la référa au centre de transit de l’ONG Cavoequiva. Le temps que son bébé soit retrouvé. 

Suite à une plainte de l’ONG formulée à l’encontre de la dame, les enquêtes menées ont permis de démanteler le  réseau de vol de bébé et mettre aux arrêts les personnes impliquées et de retrouver le bébé dans l’une des pouponnières du  pays.